Index des articles

  1. Tous les communicants ont été invités à proposer un article, 13 d'entre eux ont répondu à cette invitation. Leurs articles ont été soumis au comité scientifique des Journées doctorales qui en a proposé une sélection à la revue Projets de paysage. Cinq d'entre eux ont finalement été retenus et sont publiés ici.
  2. LOS_DAMA! : Landscape and Open Space Development in Alpine Metropolitan Areas.
  3. Nom donné localement à Leucaena leucocephala, également appelé « cassia », une fabacée proche des acacias et originaire d'Amérique centrale.

Journées doctorales en paysage

Responsables éditoriaux : Sylvie Servain et Roland Vidal


Organisées à l'École nationale supérieure de paysage de Versailles, sous l'égide du ministère de la Transition écologique et solidaire, les septièmes Journées doctorales en paysage ont réuni plus de 70 participants les 3 et 4 avril 2018. 25 communications et 11 posters ont ainsi contribué à faire avancer les débats interdisciplinaires autour de la question du paysage. Les doctorants issus du monde de l'architecture, de l'urbanisme, des sciences de l'environnement, de la géographie et, bien sûr, du paysage ont ainsi pu échanger sur leurs questionnements de recherche et sur les démarches méthodologiques qu'ils mettent en œuvre.
Les communications furent réparties en sept sessions traitant successivement des pratiques paysagistes, des politiques publiques, du patrimoine, des processus participatifs, de l'environnement, du paysage urbain et des forêts. Pour autant, au sein de chacune de ces thématiques, les approches ont été particulièrement diversifiées, tant du point de vue de l'échelle traitée - du petit jardin au grand paysage - que du point de vue des disciplines convoquées - des sciences exactes aux pratiques artistiques.
Issus d'une sélection rigoureuse1, les cinq articles publiés ici ne donnent évidemment pas une vue exhaustive de cette diversité, mais ils en illustrent certains des aspects les plus importants.
Tandis qu'Aurélien Ramos aborde la question de l'usage de l'espace public à l'échelle du jardinage urbain, Aurore Meyfroidt analyse un vaste projet de recherche, LOS_DAMA!2, portant sur sept régions européennes. Transgressant les échelles, Morgane Robert se penche sur un petit arbuste, le mosa3, pour étudier l'impact de cette plante envahissante sur l'ensemble du paysage des Bas de l'Île de la Réunion. À cette diversité des échelles s'ajoute celle des champs disciplinaires. En s'intéressant à la perception du paysage par la marche, Ekaterina Shamova, par exemple, se réfère aussi bien à l'ethno-anthropologie qu'à la psychologie, aux neurosciences ou aux disciplines artistiques. Plus proche du paysage tel que défini par la Convention de Florence, Mathilde Rue se penche, quant à elle, et à travers la question de l'agroforesterie, sur le lien entre ceux qui créent et entretiennent les paysages de nos campagnes et la manière dont ces paysages sont perçus.
Même si elle est loin d'en recouvrir toute l'hétérogénéité, la diversité de ces cinq articles donne une image assez juste de ce qu'est la recherche en paysage.
L'objectif n'étant pas de fondre cette diversité en une discipline unique mais d'en accepter la polysémie et d'apprendre aux différents chercheurs à communiquer entre eux, on peut considérer que ces septièmes Journées doctorales ont bien rempli leur rôle.

Le programme complet des 7e Journées doctorales en paysage, ainsi que l'ensemble des résumés et des posters sont consultables sur Topia.fr.


Derniers articles